"Wilde"
Pierre Toby


Vernissage le 31 janvier
Du 1 février au 7 mars 2015

huile sur verre

 

Pina Bausch en 1985 reprenait, pour une version télévisée, "Cafe Müller" de 78. Elle note lors d'une interview, quelques années plus tard, que lors des répétitions quelque chose ne fonctionnait pas sans qu'elle ne puisse en saisir la raison. Cela concernait la partie de sa chorégraphie où elle se déplaçait - yeux fermés, accompagnée d'un extrait de "Dido and Aeneas" d'Henry Purcell. Elle comprit qu'un détail de sa danse avait changé - les yeux fermés étaient orientés droit devant pendant ses répétitions. Hors dans la version de 78, son regard, paupières baissées, se dirigeait vers le bas et non droit devant - ou l'inverse. Car Pina Bausch ne nous le précise pas. Mais ajoute : "toute la différence était là. D'un coup, tout s'est remis en place. C'est incroyable, l'importance que ça a. Le moindre détail compte. C'est toute une langue, on peut tout lire".

Pierre Toby, octobre 2014